Une plume ou une agence de com… que choisir ?

Date

Temps de lecture : 4 minutes

 

Vous lancez une start-up ou vous débutez en free-lance ? Vous le savez, le plus important sur les starting blocks se joue dans la manière de parler de votre projet et de ses qualités. L’occasion de vous démarquer d’emblée de la concurrence !

Vous avez aussi envie de trouver les mots justes, ceux qui incarneront parfaitement ce que vous avez envie de proposer à vos clients. Alors vous décidez d’investir un peu dans les mots et les couleurs… Mais faut-il s’adresser à une plume ou s’en remettre à un expert en communication ?

 

Difficile de faire la part des choses

 

On se souvient peut-être des premières affiches d’Alphonse Mucha à la fin du XIXème siècle qui lancent l’Art Nouveau. Biscuits, chocolat, bières ou même parfum, ce précurseur de la publicité a permis à plusieurs marques de se développer et de se faire connaître. Depuis, la communication a fait son petit bout de chemin. Elle est devenue un domaine d’expertise. Selon l’Association des Agences de Conseil en Communication, on recense près de 15 000 agences de communication en France aujourd’hui. Parce qu’à l’heure des réseaux et des médias de masse, la communication c’est le nerf de la guerre, l’élan vital de toute activité.

 

Pourtant, écrire pour d’autres, dans le but de mettre en valeur idées et produits, n’est pas réservé aux seuls communicants. Ainsi, la plume, le porte-plume ou l’écrivain existent depuis l’écriture. Mais on les imagine davantage courbés sur un bureau poussiéreux. Peut-on vraiment opposer leurs pratiques à ce point, réservant à l’un le monopole d’un cool et à l’autre celui des savoirs et de la belle langue ?

 

A la frontière entre la chair et le numérique

 

Les métiers de plume n’ont jamais vraiment changé. Flaubert disait déjà dans une lettre à Louise Colet : « Je suis un homme-plume », signifiant par là que l’écriture lui était essentielle mais aussi qu’il se voyait comme un traducteur de son époque. Mais est-ce que la plume ne tire pas sa force de ses siècles d’expériences ? Il faut bien sûr une plume qui s’adapte et une plume qui comprend. On peut penser au film Her de Spike Jonze sorti en 2013. A la frontière entre la chair et le numérique, Theodore travaille comme « écrivain public » et rédige des lettres d’amour pour ceux qui le lui demandent.

 

En réalité, la plume est aussi sur son ordinateur toute la journée à chercher le mot juste et à se renseigner sur les dernières nouveautés de la sphère politique et sociale, sur les nouveaux mots que l’usage installe. Il ne regarde pas les fleurs pousser en se demandant quel est leur « principe de raison suffisante ». C’est justement ce qui rend la plume difficile à définir et à cerner : son métier se nourrit aussi du quotidien. La frontière de son travail avec sa sphère intime est assez floue. C’est peut-être ce qui le rend plus riche.

La plume a justement ce petit plus : elle peut construire avec vous un bout du futur en vous accompagnant en profondeur et en vous coachant pour du long terme. Elle vous aide à coucher sur le papier la « raison d’être » de votre entreprise.

 

Osez créer votre monde par les mots 

 

On confond souvent plume et agent de communication. Sous le terme de plume, on peut en fait trouver plusieurs métiers qui la caractérisent de manière très hétéroclite : journaliste, speech writer ou encore biographe. Tous édifient plus ou moins le monde avec des mots. Tous ces métiers touchent donc de près ou de loin à l’écriture grâce à la mise en forme conceptuelle de projets, de récits, de portraits ou d’actualités. La plume est une fonction ou un métier qui combine aussi bien des qualités rédactionnelles que d’analyse et de conseil. Et surtout, son activité est complémentaire, voire préparatoire pour l’agence. Communiquer oui ! mais sur quoi ?

 

Mesurant l’influence et le poids des mots, la plume ne fait pas que traduire une idée ou la représenter. Les mots ont la capacité de créer un monde d’ailleurs et de nulle part, parce qu’ils interviennent comme acteurs et pas seulement dans des slogans vendeurs.

 

Prendre son pouls et déterminer sa cadence

 

La formation souvent pluridisciplinaire ou atypique des plumes démontre un goût commun pour la langue. Lettres, stratégie, management, journalisme, si vous choisissez une plume, vous aurez affaire à une personne unique aux expériences diverses. La culture de la recherche et de la précision sera toujours un avantage pour montrer ce qui fait de votre ambition une ambition unique.

 

Quand on cherche à écrire, il faut bien sûr rester ancré dans l’actualité et les besoins du moment. Il faut cependant assez de silence pour entendre le pouls de l’entreprise qui commence à battre. La plume manie les mots. Elle leur donne un style et une contenance qui ne s’apprend pas en un claquement de doigts. Il est donc indispensable de partir de ce que vous souhaitez donner comme cadence et comprendre vos ambitions pour ensuite les nourrir et les déployer grâce aux mots, puis aux images et à tout ce que permettent les canaux de communication moderne.

 

Faites-nous signe pour en savoir plus !