« Je laisserai le vent baigner ma tête nue »

Date

Ca y est c’est l’automne et la saison influence inconsciemment notre manière d’écrire…

Les forêts deviennent jaunes, rouges. Elles font le plaisir des marcheurs qui se couvrent alors que le vent frais commence à les saisir.

Noisettes, écureuil, hérisson… c’est tout un monde que l’on veut soudain explorer, avec nos mots aussi. Alors quels sont nos conseils ? Voici quelques rituels d’écriture qui nous sont propres à l’automne.

Tout d’abord, l’automne semble un moment de l’année propice pour écrire parce qu’il nous enjoint à penser et à prendre du temps. Tisane, grosse couverture, et nous voilà disposés sur notre canapé  ou à notre bureau pour prendre son stylo.

Ensuite, l’automne évoque tant d’objets, de couleurs, d’émotions. Il nous inspire à la mesure du vent qui souffle ou de la pluie qu’on entend en s’endormant. L’automne c’est aussi la saison du changement, du temps qui passe et de la mélancolie. On ne peut que vouloir transposer sur le papier ce que l’on ressent. 

Finalement, l’automne nous aide à écrire parce qu’il nous pousse à nous attacher aux détails. Lors de nos promenades, il nous invite à observer la coupe délicate des feuilles ou les surprises des objets qui nous entourent. De la même manière, dans l’écriture, nous pouvons alors nous attarder avec minutie sur nos péripéties et nos descriptions.

 

Et vous comment voyez-vous habituellement le mois d’automne ? Vous aide-t-il à écrire ?